10 juillet 1892, l'exécuteur des Hautes-Oeuvres Deibler, arrive en gare de Montbrison : Différence entre versions

De WikiPLM
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « ==Circonstances de l’événement== Le 30 mars 1892, "l'anarchiste" (s'étant rendu coupable de plusieurs délits, assassinats et attentats) Ravachol est interpellé av... »)
(Aucune différence)

Version du 24 mars 2020 à 18:00

Circonstances de l’événement

Le 30 mars 1892, "l'anarchiste" (s'étant rendu coupable de plusieurs délits, assassinats et attentats) Ravachol est interpellé avec difficulté par le commissaire Dresch et une dizaine d'agents de police. L'instruction est rapide, Ravachol et ses compagnons comparaissent le 26 avril devant la Cour d'assises de La Seine. Charles Simon et Ravachol sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité, ses trois autres compagnons sont acquittés. Un second procès se déroule le 21 juin devant la Cour d'assises de la Loire, à Montbrison. Ravachol est accusé de plusieurs crimes et délits antérieurs aux attentats, il y est cette fois condamné à la peine de mort. Craignant tout autant des actions violentes des groupes anarchistes que des débordements d'un public très nombreux, peu d'informations sur la date ne transpirent des autorités, mais les faits, gestes et déplacements (le bourreau, ses aides et le fourgon transportant la "veuve" se déplacent par le train) de l’exécuteur Louis Deibler, prémices à l'exécution sont suivis avec attention par la presse et... La population.


  • Nevers gare, 10 juillet, 2 heures du soir

Ce matin, à six heures, Deibler, en chapeau haut de forme, se promenait sur le trottoir de la gare de Saincaize. Il est parti pour Montbrison par le train de sept heures, avec le fourgon contenant les bois de justice.

Journal L'Intransigeant 12-7-1892 (Collection BNF Gallica).

Photos et cartes postales

Croquis et plans